LES BOXERS DE SEPTEMBRE  2001

 

Lors des premier six mois de 2001 nous avions participé à la Mondiale (Porto), l’exposition Atibox (Sankt- Gallen) et à la Nationale d’Élevage française (Maisons-Alfort). Pour le troisième semestre notre but était de former  un ‘team de boxers’ afin de participer aux grandes rencontres des Boxer-clubs, les ‘Jahressiegers’, qui traditionnellement sont organisés au mois de septembre. Ce team  était composé de descendants belges de l’atiboxsieger 2000,  « Franklin-Django van de Matenhof ».  Puisque « Yaws van Sapho’s Hoeve » était parti en Espagne en début d’année, il fallait changer la composition du « Dreamteam »: « Vaya’s Box Zoran » (mâle fauve, m: Shana von Infadar,  à Nathalie Tytgat), « Zeus van Sapho’s   Hoeve » (mâle fauve, m : Xandra van Sapho’s Hoeve, à Toon Bongers), « Zénobie van Sapho’s Hoeve » (femelle bringée, m : Varline de la Verdière, à Petra Tommelein) et « ZZTop van Sapho’s Hoeve » ( femelle fauve, m: Xarlett van Sapho’s Hoeve, à Robin Leroy). Voilà le projet.

 

Le premier rendez-vous : Krakow, le 9 septembre, Jahressieger du Boxer club de Pologne, un événement qui gagne de plus en plus d’importance et où cette année 154 boxers de 7 pays différents étaient présents. Beaucoup de descendants d’étalons belges (Vasko, Urban, Plato et Ugolino van de Hazenberg, Tikki et Toekaan van de Boksdoorn, Turio van Sapho’s Hoeve) étaient placés, mais également des produits d’étalons italiens (David, Benito et Caligula del colle dell’Infinito, Magnum di Massumatico, Picasso della Cadormare, Prost degli Scrovegni) ou encore, d’étalons espagnols (Adan de Zizur, Titan de Loërmo, Dave del Segadors). Les étalons « locaux » le mieux représentés étaient « Fellini Nostrum » et « Mozart Lider ». Il n’était donc pas une surprise que les chenils d’Anna Bogucka (« Nostrum »), de Marek Lewandowski (« Lider ») et d’Alena Zarski (« Moravia box », Cz) présentaient d’excellents lots d’élevages. L’influence d’étalons de grande qualité et d’origine hétérogène ne manquera pas de pousser le Boxer polonais au plus haut niveau au cours des prochaines années.

Le Jahressieger chez les mâles bringés fut élu Meilleur de la race, « Owdet Exkalibur », un fils de « Vasko van de Hazenberg ». Mais notre petite histoire commençait un peu plutôt et en mineur : pas de rêveries pour le Dreamteam. Avant que le premier boxer entre  dans le ring, nous avons constaté que nos deux voitures que nous avions laissées sur le parking de l’hôtel avaient reçu de la visite. En plus des papiers officiels des voitures, les radios, les lecteurs-cd, la totalité des Cd’s avaient disparus. Bien que l’organisation fut très aimable en nous aidant dans nos « conversations » avec la police locale, il était clair que nous ne reverrions plus jamais nos affaires  et la perspective d’un voyage de retour sans fenêtres, sans papiers et sans musique n’était pas de nature à nous réchauffer le cœur.  En plus, il pleuvait.

 

Au fil des jugements, l’atmosphère changea : Zoran remporta le titre de Jahresjugendsieger polonais, Zénobie remporta ce même titre chez les femelles jeunes bringées et Zztop se classa deuxième, précédée par une fille polonaise de …Franklin-Django ! En classe champion « Xanto van Sapho’s Hoeve », compagnon de route ‘hors catégorie’ et supervisé par notre charmante nouvelle membre du comité Vicky van Isacker, gagna son dernier ticket à fin d’être proclamer « Champion de Pologne ». Resta Zeus : pour la première fois inscrit en classe ouverte dans une exposition majeure et devant une concurrence sérieuse, il gagna la classe et en jugement final  était choisi meilleur mâle fauve, donc : Jahressieger polonais 2001. Une confirmation rapide de son titre de champion jeune qu’il remporta à la nationale d’élevage du Boxer club de France au mois de juin. On imagine les tableaux de la petite fête avec nos amis polonais et tchèques avant le voyage de retour qui était assez venteux ( des fenêtres en carton ne sont pas idéales) mais chaleureux quand même. En ce qui concerne la musique perdue : nous nous en occupions nous-même.

 

De retour le lundi soir nous sommes repartis quelques jours plus tard pour Eppertshausen, lieu de rencontre pour le Jahressieger allemand le 15 et 16 septembre. L’Atmosphère de l’exposition ressemblait au temps qu’il  faisait :  froid et humide. Je ne peux pas me souvenir d’un Jahressieger allemand où le manque d’enthousiasme était si paralysant. Non pas à cause du manque de boxers de qualité, bien au contraire, mais dès le début des jugements il était clair pour tous les exposants, surtout les étrangers, qu’il s’agissait d’un jugement à titre d’exemple, d’un « signal » : « à partir de maintenant le boxer sera naturel, aux oreilles et queue longues, et ceux qui ne veulent pas nous suivre en subiront les conséquences ! ». Aux bords des rings le message était acté, on se contenterait de suivre le déroulement des jugements soit avec résignation soit avec étonnement.

Les optimistes ne manquaient pas de souligner que le pronostique pour les titres adultes, pronostique quasiment unanime, se montrait tout à fait correct, ce qui était fort favorable pour quelques-uns uns de nos compatriotes : chez les mâles fauves « Vasko van de Hazenberg » fut élu Jahressieger allemand tandis que sa fille « numado Anastasia van de Meerpaal » non seulement obtenait ce même titre chez les femelles fauves mais en plus devenait Meilleur Boxer de l’exposition, tout comme à l’exposition Atibox en Suisse. Par contre, les membres de notre « dreamteam » n’entraient jamais dans le jeu : ZZTop et Zénobie jouait un rôle de figurant et Zeus se plaçait troisième. Uniquement « Vaya’s Box Zoran » ratait de peu de gagner sa classe : il était placé deuxième. Même « Daniella d’Jandilla »  (championne jeune du Mondial qui habitait chez nous à fin d’obtenir son brevet RCI et qui était  à nouveau de la partie après son concours réussi ), membre temporaire et extraordinaire du team, n’arriva qu’à la limite dans les placements : quatrième. Nous, et avec nous pas mal d’autres « étrangers » autour des rings, avions donc le temps de regarder les événements avec un peu plus de recul que d’habitude. Il ne fallait pas être un  Cynologue Génial pour constater quelques phénomènes intéressants.

 

1/         Les gagnantes chez les femelles à l’Atibox étaient aussi les gagnantes à Eppertshausen : « Numado Anastasia van de Meerpaal » et  « Atlanta v. German Dream ». Des chiennes de grande qualité, donc pas de commentaire. Les Atiboxsiegers chez les mâles (« Zeffiro della Cadormare » et « Saverio di Soragna ») n’étaient pas inscrit en Allemagne. Les (réserves)gagnants des classes champions à l’Atibox étaient inscrits en classe travail à Eppertshausen : ils gagnèrent ces classes et ainsi devenaient Jahressiegers allemand, « Vasko van de Hazenberg » et « Attila z. Liebenburg ». C’était d’ailleurs cette configuration qui rendait le pronostique si facile et si unanime. Sous un autre angle : je veux bien que les résultats des classes jeunes étaient anticipés par très peu de gens. La majorité restait bouche bée, y compris nous-mêmes. En plus: j’admets volontiers que la jeune femelle bringée, « Jacky von Maximilian » est une belle chienne malgré sa queue qui fait mal aux yeux ( et  qui bientöt fera mal à elle-même). D’ailleurs, pour ceux d’entre vous qui aiment pronostiquer: pour 2002, n’oubliez pas, chez les femelles fauves « Come-back v. Elisabeth Brunnen ».  Rendez-vous l’année prochaine au même endroit. Evidemment, pourvue qu’elle puisse encore  participer : elle n’a plus la queue longue, la pauvre.

 

2/         en examinant la descendance des 8 boxers gagnants on aboutit à deux interprétations possibles. Ou bien on conclut qu’on a jugé sur base d’une seule lignée et d’un seul type, ce qui convient aux adhérents de la vision que tous les jugements doivent se faire sur base d’une seule et unique pensée. Malheureusement pour eux, la politique d’élevage officielle du BK allemand est carrément opposée à cette pensée : de prime abord il faut élargir la base génétique du cheptel boxer. Ou bien on conclut que malgré toutes les mesures prises par le BK allemand durant les dernières vingt ou trente années, la base d’élevage est extrêmement étroite, qu’en fait, elle est dominée par un seul étalon : Athos de l’Enfert Vert. Regardons :

 

Anastasia – Vasko – Sara – Plato – Athos

Vasko       -  Hiram – Esthée – Athos

Attila        -  Plato – Athos

Atlanta     -  Ibsen – Don Carlos – Athos

Ibsen        – Hummel – Athos

Arielle      -  Idem Atlanta ( Ariëlle= mère de Gismo & Granada )

Balu         -  Kondor – Plato – Athos (Balu = père de Gismo & Granada)

 

Il est évident que la faute nous incombe, mais quand même : nous ne pouvons plus suivre. Il n’y a pas si longtemps on a du coté Allemand crucifié le père d’Athos, Xanthos vom Bereler Ries, parce qu’il ( ou au moins ces éleveurs qui l’employait si volontiers) fonctionnait comme un  sablier, laissant derrière lui un désert génétique. Nous constatons qu’en partant de Xanthos une dizaine de lignées valable se sont formées. La lignée Athos en est une. Très valable, sans aucun doute, mais elle n’est pas la seule. Nous constatons également, en examinant uniquement les pedigrees des gagnants d’Eppertshausen, des gagnants choisis par un collège de juges exclusivement allemands, qu’on est arrivé à faire exactement ce qu’on a reproché aux  « fanatique de Xanthos ». La différence ? Que la situation est pire maintenant ! Attention : ce n’est pas nous qui réagissons contre l’influence d’Athos.

Il est difficile d’éviter la conclusion : si Eppertshausen  devait avoir la valeur d’une déclaration ( « Suivez-nous dans notre nouveau Projet d’un Boxer Sain et Naturel ou disparaissez ! »), le message a ricoché au cœur même de la politique d’élevage allemand.

 

 

L’Allemagne a depuis toujours été un pays instructif : Eppertshausen n’en faisait pas exception, pas de raison de nous plaindre. D’ailleurs nos pensées étaient déjà en avance d’une semaine.  Le 23 septembre, sur le terrain de la section Roeselare le Boxer Club Belge organisait la SPÉCIALE CAC, la nationale d’élevage belge 2001. La présidente du BCF  Madame Josiane Ratton jugeait les mâles, monsieur Pedro Sanchez Algaba les femelles. Le temps était favorable, le nombre d’inscription acceptable ( sept nationalités) et la qualité des boxers inscrits plus que respectable. Visites très appréciées de  Tineke Ulder ( juge du Club match n°2), Barbara Baravelli et Elisa Torregiani (‘Del Nettuno’-Italie) et de John Farell (‘Dunbridge boxers’- UK).

 

Le système belge ne connaît qu’un gagnant par sexe, aussi bien en jeunes qu’en adultes, ce qui fait qu’il n’y a pas 8 mais seulement 4 titres. Chez les mâles le titre de « Roi RBCB 2001 » était attribué à un fils bringé de Caruso di Soragna, Pablo II de la Vadsö : un mâle français déjà bien connu sur la scène internationale et dont le propriétaire est Ronald Nemec, également propriétaire d’ … Athos de l’Enfert Vert. Le titre de « Reine RBCB 2001 » et le prix spécial pour les meilleures allures était attribué à la femelle fauve, la championne jeune de la mondiale à Porto : « Daniella d’Jandilla ». Elle fut aussi meilleure de la race, décision applaudie par les spectateurs et certainement par Tineke Ulder qui était enchantée par cette femelle et qui l’avait d’ailleurs  nommée meilleur de la race au Club match de juillet.  Le prix réserves allaient à la femelle bringée italienne « Raissa dalle Spighe Dorate », une fille de « David del Colle dell’Infinito » et au mâle fauve « Zeus van Sapho’s Hoeve ».

« Breno del Euro », un très jeune mâle espagnol importé récemment en hollande par Toon Bongers fut élu « meilleur puppy ». Au printemps ce fils fauve de « Class de Aikhall » remporta déjà le même titre à la « Monografica » espagnole. Sa mère, « Gelsa de Itoiz » est également la mère d’ « Allure del Euro », une magnifique femelle qui l’année passée remporta le titre d’Atiboxsiegerin et qui en final de la Nationale d’élevage française 2001 fut élue meilleure de la race, battant à cette occasion le nouveau Jahressieger français « Pierce de la Tour couronnée ». A Roeselare Pierce était aussi en compétition: il gagna sa classe. Mais retournons à notre team : ZZTop, meilleur chiot de l’Atibox et de la Nationale d’élevage à Maison Alfort, fut classé troisième, Vaya’s Box Zoran tout comme en Pologne accédait au titre de « Prince RBCB 2001 » ( et meilleur jeune tout court !) tandis que Zénobie remportait le titre de « Princesse RBCB 2001 ». Une réhabilitation qui faisait du bien, en plus parce qu’aucun membre du team n’avait été jugé par un des juges présents auparavant. D’ailleurs les jugements à cette spéciale ( dont les résultats sont publiés dans cette Revue)  en examen comparatif confirment la première impression : les jugements des juges hollandais, polonais, français et espagnols correspondent grosso modo mais il existe une différence nette avec le choix de la plupart des juges allemands et scandinaves.

 

Est-ce que cette impression se confirmerait en Italie ?

La dernière et la plus importante rencontre de tous, le 29 et 30 septembre à Malo, petite ville près de Venise: la « Campionato dell’Anno », la Mecque du Boxer.  Organisation parfaite, un monde merveilleux de 560 boxers (Eppertshausen: 300), un jury de six juges italiens, des classes de 30 inscriptions ou plus, dans presque chaque classe une dizaine de chiens qui sont capables de gagner n’importe quel CACIB en Europe : même si on n’entre pas dans les placements on ne peut que se réjouir. Et c’est exactement ce qu’on fait à l’occasion de cette grande fête de la Beauté.

Les règles du jeu. En classe jeune 4 titres. Les titres sont divisés par sexe et par couleur. Pour obtenir un des titres adultes le boxer doit avoir passer un RCI 1 et la Sélection italienne. En plus il doit être inscrit dans une classe spéciale. S’il y a plus de 8 chiens dans cette classe, le juge peut attribuer le titre à deux chiens. De cette classe uniquement le ou les vainqueurs sont désignés, les autres chiens ne sont pas classés.

 

Cette année par exemple, chez les mâles fauves on attribua le titre de Campion dell’anno à deux chiens : « Trinita del Nettuno » ( un fils de « Dany del  Nettuno »), qui en 2000 fut meilleur de race à la Nationale d’élevage tchèque et un mâle moins connu « Zénith dell’Orcagna » . Même scénario chez les mâles bringés : les titres pour « Gandj dell’Orsagna » et pour « Périco du Val d’Europe ». Ce qui n’était surprenant pour personne puisqu’en 2000 Périco avait obtenu les titres importants chez les jeunes et en début d’année il avait remporté le titre de Jahressieger en Croatie. Ce fils très typé d’Ibsen et d’une femelle italienne est encore extrêmement jeune et pourtant il a déjà produit  une descendance qui se fait remarquer, en classe chiot ou jeune, partout en Europe.

Chez les femelles adultes une seule gagnante par couleur : « Lidia di Soragna » (bringée) et « Nicoletta della Cadormare » (fauve). Particulièrement cette dernière, une fille de « Zeffiro della Cadormare », était impressionnante. Elle fait partie d’une très forte  génération de femelles fauves: Anastasia van de Meerpaal, Allure del Euro, Vivian van Sapho’s Hoeve, España del Tajo, Franzi v.st. Barbara, Lia del trivium,  Zenia v. Maximilian, Pandora della Talpa, Daniella d’Jandilla,…. Mais reculons puisque j’anticipe sur les faits : le samedi il y avait évidemment les jugements des jeunes.

 

Commençons par constater que « Breno del Euro » ( Toon Bongers), après avoir reçu le titre de Meilleur Puppy aussi bien à la Monografica espagnol qu’à la Spéciale du RBCB remporta, en Italie,  cette distinction pour la troisième fois : comme départ vous avouerai qu’il y a pire !

Il était impossible de suivre tous les jugements cet après-midi-là à Malo : non seulement les inscriptions par classe étaient  nombreuses mais nous devions présenter nos propres jeunes du dreamteam. ZZTop et Zoran entraient presque simultanément dans le ring. Notre jeune femelle fauve se classa troisième tandis que Zoran réussi à se classer premier. En jugement final, pour le titre, il fût battu de justesse par le vainqueur de l’autre classe jeune, « Cecco Beppe della Talpa » ( un fils de Zeffiro). A Eppertshausen aussi bien Cecco que Zoran finissaient deuxième dans leurs classes respectives. A noter aussi que dans la classe de Zoran un deuxième chien d’origine belge et appartenant à Evelien Bunk , Zirco del Trinitad, se plaça  quatrième.

 En mâles bringés nous avions juste le temps de voir gagner un fils de Périco, « Dismo de Soragna » : construction déjà solide et très belle expression, tout comme son frère fauve Diofebo qui en 2001 remporta les titres de Champion mondial jeune et Champion Jeune du Boxer Club portugais.

Après ZZTop et Zoran, il était temps d’entrer en ring avec la dernière jeune du team : Zénobie. Dans sa classe, entre autres, une chienne française avec une expression carrément séduisante : Rhéa des Zé de Philoctète. Ces deux chiennes se retrouvent à presque chaque rencontre importante . Rhéa avait obtenu le titre en Croatie, Zénobie en Pologne et en Belgique. Cette fois ci Rhéa fut placée deuxième, Zénobie première. En jugement final Zénobie battait la gagnante de la classe débutante et pourra dorénavant porter le titre de « Campionessa dell’Anno Giovane 2001 ». Un rêve sur-réaliste : non seulement pour la première fois un boxer belge accédait à un titre du Campionato mais en plus la jeune femelle bringée de Petra Tommelein réalisait un Triplé invraisemblable, championne jeune en Pologne, en Belgique et en Italie. Plein de raisons de faire le fête à l’occasion de la Soirée du BCI. En plus : ce jour-là c’était mon anniversaire. Quelques amis italiens étaient au courant, mais également un certain Isaac Rusticus : combinez cet Amigo avec une ambiance italienne, un bar bien équipé et un petit orchestre et vous êtes parti pour quelques heures mémorable et une gueule de bois le lendemain.

 

Pour les jugements du dimanche on pouvait à nouveau admirer 230 Boxers. Un détail qui rayonne la qualité des chiens : en classe vétérans un mâle bringé de neuf ans était présenté, Fromm della Galassia. On l’avait connu comme jeune adulte exubérant, tant qu’en tempérament, qu’en condition qu’en allures, il avait à peine changer. Si on ne le connaissait pas, on pouvait croire qu’il avait 5 ans. Pas plus.

J’ai déjà divulgué les noms des gagnants du dimanche, mais ce que je n’ai pas encore rapporté c’est le fait que tous les boxers qui ont gagné leurs classes à la Spéciale Belge et qui était présent en Italie ont su obtenir ce même résultat à Malo: les jeunes du samedi ( Zoran et Zénobie), Pablo II de la Vadsö, Pierce de la Tour Couronnée, ainsi que le quatrième membre de notre team, Zeus van Sapho’s Hoeve. Pour le jeune mâle de Toon et Sancuray cela signifie qu’il a gagné sa classe aux Nationales d’élevage de France, de Pologne, de Belgique et d’Italie. En plus, à l’occasion de ces Nationales il remporta le titre de Champion jeune à Maisons-Alfort et de Jahressieger à Krakow. En Allemagne il était troisième de sa classe.

Il est d’ailleurs remarquable que d’une part tous les chiens que je viens de nommer ont obtenus leurs plus mauvais résultats de l’année à Eppertshausen et que d’autre part aucun des chiens titrés en Allemagne n’était présent aux Nationales d’élevage d’Italie, de France, de la Belgique ou de la Pologne : je ne fais que constater ce que chacun peut vérifier soi-même.

 

Quoi que l’on se sentait particulièrement bien durant ce week-end ( non seulement grâce aux résultats, mais surtout par la présence de centaines de beaux boxers) il me restait encore une tâche. Ce dimanche était la dernière journée que je passait avec Daniella à mes côtés. Ses propriétaires m’avaient demandé d’encore la présenter à Malo avant qu’ils la reprennent pour l’Espagne le dimanche soir. Bien que je sache qu’après un stage RCI de 3 mois on risque d’avoir un lien étroit avec le boxer en question et que le moment du départ est parfois difficile, ma séparation imminente de Daniella m’avait déjà tracassé toute la semaine précédant notre voyage en Italie. Je n’y pouvais rien.

Comme elle n’avait pas participé à la sélection italienne elle ne pouvait pas concourir pour le titre et on avait décidé de l’inscrire en classe ouverte. Avec son flair habituel elle gagna cette classe. Ce qui était déjà en-soi une revanche pour la défaite à Eppertshausen; défaite qui  je l’avoue me restait sur l’estomac. Après le jugement de sa classe, il nous fallait attendre: d’abord que tous les titres soit attribués et ensuite que le jury eu choisi le meilleur mâle de l’exposition. Cet honneur était réservé à « Class de Aikhall », Atiboxsieger en mâles fauves en 2000, qui en classe champion avait battu de très peu « Zeffiro della Cadormare ».

Très bonne affaire pour Class évidemment, mais pas pour moi puisque ce résultat risquait de ruiner les chances de Daniella: l’exposition la plus importante en Italie, un jury de six juges italiens, meilleur mâle un produit espagnol et meilleure femelle… encore un produit espagnol ? Impossible ! Mais on n’avait ni le choix ni le temps: la concurrence entrait déjà dans le ring. Et quelle concurrence : les chiennes qui venaient d’être titrées, « Lidia di Soragna » et « Nicoletta della Cadormare »,  plus les gagnantes des autres classes « Quintina dei Monti del Sole », » Franzi v.st. Barbara » (qui venait de battre en classe travail « Espana del Tajo ») et Trudy della Maga. Le fait d’avoir disputer plusieurs finales ensemble devrait normalement réduire la nervosité, mais les autres combinaisons avaient la même expérience, voir plus ! En tout cas la nervosité ne concernait que moi, Daniella, tout comme ses concurrentes, se présenta à la perfection. La délibération des six juges semblait durer une éternité ( quoiqu’en réalité cela prenait à peine deux ou trois minutes). L’applaudissement du public nous devançait: Daniella fut choisie meilleure femelle. La seule chose que je réalisais à cet instant c’est que, maintenant, elle avait une chance réelle d’aller jusqu’au bout. Il fallait rester concentré et comme je savais d’expérience que Daniella adorait les applaudissements je ne partis pas du ring. Class entrait dans le ring pour le dernier jugement du dimanche: imposant, fort et tout en confiance. Daniella le fixait, ne bougeait pas mais je sentais au bout de la laisse le frisson de son corps. Ses allures souples et régulières étaient fiables comme toujours et je savais en plus qu’elle pouvait trotter de cette manière très long temps. Ce ne fût pas nécessaire, un des juges nous fît signe d’arrêter : Daniella avait gagné, meilleur de la race au Campionato dell’Anno: Daniella d’Jandilla ! Ses propriétaires, qui selon mes instructions ne s’étaient pas montrés tout au long du week-end, étaient soudainement près de nous, un chaos tandis que le public continuait à applaudir. Il y a des moments, bien qu’ils ne soient pas tellement nombreux, où je suis vraiment fier d’un boxer et ce fût le cas ici à ce moment : Daniella méritait ce résultat, elle était là où elle devait être, au sommet.

 

Elle est partie ce soir-là pour Madrid. Pendant son séjour en Belgique cette chienne exceptionnelle avait obtenu son RCI 1, le titre de « Reine du RBCB 2001 » et des six expositions ( dont 4 Spéciales de race importantes) auxquelles elle a participé, elle en a gagné cinq, en faisant à chaque fois Meilleur de Race. Une fois seulement, elle a terminé quatrième de sa classe.

Tard ce soir là, nous sommes repartis pour la Belgique: fatigués, fiers et ravis. Le projet du Dreamteam, construit à partir de « Franklin-Django van de Matenhof » pouvait être désigner, si on fait abstraction de l’aventure allemande, comme un succès : la jeune ZZTop était placée à chaque fois, Zeus remportait de titre de Jahressieger en Pologne et la réserve en Belgique, Vaya’s Box Zoran remportait les titres de Jahresjugendsieger en Pologne et de Prince en Belgique tandis que Zénobie remportait les titres de jahresjugendsieger en Pologne, Princesse RBCB en Belgique et Campionessa dell’Anno Giovani en Italie.

Franklin-Django, après sa campagne fabuleuse en 2000, a reçu des tonnes de critique, spécialement en Hollande, en Allemagne et en Belgique (en partie) : Cela valait la peine d’y répondre par les résultats de sa descendance.

 

Ingmar Sioen.